EFFONDREMENT : 
   une question de survie

 
          Sébastien JUNCA      
 




 
" Les espèces qui survivent ne sont pas les plus fortes ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements."

Charles R. DARWIN

Resserrer les liens

Bonjour,

 

ce site est dédié à l'effondrement sous toutes ses formes: crises, chaos, catastrophes et autres cataclysmes, mais plus particulièrement à ce qui nous préoccupe de plus en plus et qui n'est autre que l'effondrement annoncé de la civilisation occidentale et avec elle, de tout ce qu'elle représente d'excès, de dysfonctionnements, d'incohérences, de gaspillages, de destructions, de massacres et toutes les joyeusetés qu'il serait à la fois vain et impossible d'énumérer ici.

 

Je me propose donc de démontrer non seulement le caractère inéluctable de cet effondrement ou de cette crise systémique majeure, mais aussi de souligner son impérieuse nécessité. Non seulement à l'égard de notre environnement, des autres espèces chaque jour un peu plus menacées par nos comportements individuels et collectifs, mais aussi à l'égard de nos propres développements.

 

Résistance ou Résilience

La rupture civilisationnelle qui se prépare laissera nos sociétés occidentales face à deux routes diamétralement opposées : d'un côté une résistance forcenée représentée par le jusqu'auboutisme technologique et consumériste dont le mouvement transhumaniste est le point culminant. Dans la direction opposée, une forme de résilience qui consistera en un rejet massif du discours occidental capitaliste sans pour autant faire table rase du passé, mais en essayant de n'en conserver que le meilleur. Autrement dit, les avancées à la fois culturelles, psychologiques, spirituelles, sociétales et même techniques (plutôt que technologiques) sans qu'elles puissent être jamais des menaces pour le lien social et le lien qui nous unit à la Nature. Autrement dit, nous devons inventer ou réinventer de nouvelles formes de sociétés à la fois plus respectueuses des êtres qui la composent et de l'environnement qui les abrite. Des sociétés plus humaines, reliées au monde, tout à la fois responsables et gardiennes de leur environnement au sens le plus large possible. Ne s'interdisant pas pour autant d'évoluer dans tous les sens du terme mais toujours en lien avec les autres, le monde et le cosmos. Des sociétés humaines non plus au-dessus de la Nature, mais replacées au centre d'icelle avec le merveilleux projet de reprendre le cours d'une co-évolution harmonieuse mêlant à la fois évolution sociale et évolution spirituelle.

 

Sébastien JUNCA

 

Dernières publications

Vendredi 25 septembre 2020

DES TESTES DETESTABLES

Il y eut d’abord les premiers mouvements de panique qui en ont conduit beaucoup à se précipiter dans les rayons des supermarchés pour faire le plein de produits dits de première nécessité : pâtes, riz, farine… La peur de manquer bien sûr et le désir d’anticiper d’éventuels mouvements de panique en contribuant soi-même à les faire naître. [...] LIRE LA SUITE

 
Vendredi 11 septembre 2020

JEAN MALAURIE ET LA NOUVELLE ALLIANCE

En parcourant de nouveau l’œuvre de Jean Malaurie ces derniers jours, j’ai la conviction qu’un travail formidable est à accomplir en vue de préparer, à notre humble échelle, les bases d’une mutation profonde qui s’annonce. À n’en pas douter, une humanité nouvelle est en cours de gestation. Et même si ce processus doit s’accomplir sur le temps long, nous n’en assistons pas moins aux premières contractions. [...] LIRE LA SUITE

 
Vendredi 18 septembre 2020

LE PARFUM DES FLEURS ET LA JUSTE MESURE DU MONDE

De plus en plus souvent une forme de néo-positivisme tend à vouloir faire la démonstration du bien-fondé de tout rationalisme. Les apparentes victoires de plus en plus nombreuses des sciences et des techniques sur la matière font au quotidien la démonstration par l’exemple de leur toute puissance et du peu de place laissé à toute forme de vision globale de l’univers. Le discours qui tend à convaincre tout un chacun de la forme exclusivement mathématique et donc matérielle du cosmos se fait de plus en plus présent sinon même parfois insidieux. Sans doute cette tendance n’est-elle pas volontaire. Pour autant, elle tend à accentuer une fracture déjà largement consommée entre Nature et Humanité ; entre Nature et Culture, lors que les faits naturels eux-mêmes devraient au contraire nous encourager à remonter le cours des évènements et à opter pour une vision globale de la vie. Vision qui nous aiderait sans aucun doute à mieux appréhender les enjeux et à mieux relever les défis qui s’annoncent. [...] LIRE LA SUITE

 
Vendredi 4 septembre 2020

LES MOTS JUSTES OU JUSTE LES MOTS

Au moins une fois la semaine désormais, le journal télévisé nous livre son lot d’images de dégradations urbaines, incendies de véhicules et autres vitrines brisées, magasins vandalisés et pillés pour des prétextes le plus souvent fallacieux de la part de groupes anarco-extrémistes, anticapitalistes ou alter-mondialistes mais surtout très opportunistes. Les temps sont à la révolte, à la revendication, à la déconstruction, à l’opposition systématique et systémique… mais plus encore, à la prédation grossièrement fardée d’idéologies vieilles comme le monde et usées jusqu’à la corde. [...] LIRE LA SUITE


 
Si les systèmes s’effondrent, c’est parce qu’ils sont prêts pour cela. C’est parce que leur développement a atteint le maximum de ses possibilités. Une impasse qui appelle une autre organisation à même de relancer leur évolution. Toute décomposition possède en elle ses éléments fertiles.
Il va sans dire que notre espèce n’a vraisemblablement jamais eu autant de défis à relever. Une ampleur qui est en proportion de celle de nos activités et de leurs conséquences à travers les multiples dimensions qu’occupent nos sociétés hyper actives.
Les bouleversements qui se préparent sont autant de questions, de provocations, d’incitations, d’invitations et d’invectives qui participent de ce dialogue sans âge entre les êtres vivants et la Terre. Ils sont à proprement parler les mécanismes d’une maïeutique inaugurée il y a 13,7 milliards d’années entre matière et énergie. Elle se poursuit aujourd’hui, sous des formes toujours plus achevées entre l’homme et son environnement. Un dialogue qui n’a de cesse de nous révéler les formes infinies d’une création dont les seules limites tiennent dans notre volonté ou non d’y participer.

 
****

Voici mon dernier livre en date. Je vous invite à le découvrir sur la page dédiée soit en téléchargeant l'extrait, soit en le commandant directement sous format PDF ou PAPIER.

Les thématiques

EFFONDREMENT
I. La dynamique du changement

Ces dernières intempéries dont les chutes de neige particulièrement lourde qui ont frappé l’Auvergne Rhône-Alpes ont une fois de plus fait la démonstration de notre quasi-totale dépendance vis-à-vis des énergies fossiles et des fournisseurs d’énergies « historiques ». Voies de communication bloquées, réseaux électriques et numériques coupés, réseaux d’information réduits quasiment à néant durant quelques jours ; centres de ravitaillement paralysés… 30 centimètres de neige ont suffit à mettre en évidence la fragilité de nos toutes puissantes technologies comme celle de nos certitudes à l’endroit du progrès et de la civilisation. [...] LIRE LA SUITE
EVOLUTION
I. Du chaos à la complexité

À la question : l’univers a-t-il un sens ? grande serait la tentation de répondre par l’affirmative. Grossière serait l’erreur de chercher vaille que vaille les éléments allant dans cette direction. Or, affirmer que l’univers puisse avoir un sens ; qu’il puisse être porteur d’un projet quelconque, c’est déjà sous-entendre qu’il puisse avoir un début puis une fin. C’est implicitement admettre qu’il est une création ponctuelle, limitée et impliquant de fait un acte créateur qui l’aurait tiré du néant. Par là même, c’est sous-entendre l’existence d’un tel néant (non-sens par excellence dénoncé par
Bergson dans L’évolution créatrice) et la possibilité que quelque chose puisse naître d’un rien absolu. [...] LIRE LA SUITE
HUMANITE
I. De l'homme synthétique à l'homme symbiotique

Cérémonies, fêtes, commémorations, initiations et autres rituels collectifs ou grands rassemblements modernes sont autant de moments privilégiés au cours desquels la conscience collective semble trouver ou retrouver un point d’incandescence qu’elle s’attache à entretenir. Au cours de ces cérémonies, primitives ou contemporaines, chacun oublie sa propre personne, son individualité. De même sont mis à l’écart le rôle ou la fonction sociale et l’utilité quasi mécanique de chacun des membres du groupe afin de se perdre et se retrouver tout à la fois au sein de la collectivité. [...] LIRE LA SUITE
TRANSHUMANISME
I. L'impasse transhumaniste

Aujourd’hui, sous prétexte d’une quête de liberté individuelle qui paraît légitime pour tout un chacun, le lien social, de plus en plus, semble menacé par cette contagion libertaire. Nous l’avons vu, les premières superstitions, croyances et autres religions plus élaborées ont permis l’édification de sociétés et de civilisations de plus en plus complexes et organisées. En retour, les individualités s’y sont épanouies, affirmées et affermies. L’individu pour ainsi dire inexistant au sein des sociétés traditionnelles s’est vu gagner en consistance et en conscience de soi. Ses désirs se sont accrus au fur et à mesure de la satisfaction de ses besoins vitaux puis secondaires ; enfin, de plus en plus superficiels. [...] LIRE LA SUITE
RELIGION
I. Le néant apprivoisé

Au même titre que les aspects politiques, économiques, énergétiques, artistiques ou plus largement culturels, les aspects religieux et plus particulièrement monothéistes de nos sociétés ne sont pas épargnés par la crise. L’effondrement touche progressivement tous les domaines et toutes les activités humaines parce que le mal est profond et qu’il touche notre civilisation au cœur. Parce qu’elles sont intrinsèquement pétries de biologie, toutes les différentes facettes de notre humanité comme ses plus récentes terminaisons technologiques et culturelles sont néanmoins soumises aux mêmes nécessités vitales et évolutives : changer ou mourir ! Or, au même titre que les modèles politiques, les modèles religieux-monothéistes ne font pas exception. [...] LIRE LA SUITE
TRAVAIL
Un darwinisme économique et industriel

Les difficultés du moment, l’incertitude de l’avenir poussent chacun à un protectionnisme moral et idéologique qui l’empêche de voir au-delà de la situation présente. Or, ces épreuves incitent naturellement au conservatisme, à l’individualisme, aux attitudes autocentrées, au repli sur soi et sur des valeurs économiques devenues obsolètes. Comme pour toutes les formes d’évolution, toutes les crises nous interrogent. Elles nous aiguillonnent et nous poussent vers un avenir que nous sommes condamnés à inventer en laissant de côté nos « peaux mortes » ; nos vieux modèles sociaux et économiques. Toutes les formes de traumatismes, individuels ou collectifs nous invitent à la métamorphose. Ils sont autant d’occasions de grandir, de changer et d’inaugurer de nouvelles dimensions de vie. Les sociétés humaines, les économies, les industries n’échappent pas aux lois du vivant. Passé le temps du choc et de la douleur, elles doivent, au même titre que les individus, œuvrer pour leur résilience en donnant du sens aux difficultés passées. [...] LIRE LA SUITE

Chroniques

Chroniques d'un effondrement annoncé.  Chroniques, coups de gueule, commentaires et autres analyses sur l'actualité de l'effondrement et tout ce qui gravite autour de cette thématique.

Les livres

Certains de mes livres sont ici en téléchargement libre et gratuit. La plupart de ces ouvrages, dont le plus ancien remonte à dix ans, a pour toile de fond ce qu'on appelle aujourd'hui l'EFFONDREMENT, la COLLAPSOLOGIE, etc... Ils sont désormais tous disponibles en version papier ou PDF à partir de la page dédiée sur ce site.

     
 
 



Créer un site
Créer un site